Make your own free website on Tripod.com

René-Fernand (Fern) Gauthier

Après la retraite de Johnny Gagnon en 1940, il faudra attendre "Fern" Gauthier, de Métabetchouan, en 1942-1943, avant de revoir un "Bleuet" avec le Canadien de Montréal.  À la fin de la saison, en mai 1943, il fut échangé aux Rangers de New-York; c'est ainsi qu'en 1943-1944, sous les couleurs de la ville du Big Apple, il participa à 33 matches, inscrivit 14 buts et obtint 12 aides sans jamais visiter le banc des punitions.

fg.jpg (276541 bytes)

 

Durant l'été 1944, les Rangers le retournèrent au Canadien avec Dutch Hiller en retour du légendaire Phil Watson, devenu plus tard instructeur du blub de New-York.  En 1944-1945, Fernand Gauthier participa aux 50 parties du Canadien et il inscrivit 18 buts en plus de fournir 13 aides.  Il portait le chandail No 19, celui qui, avant lui, avait été endossé par Armand Mondou, Antonio Demers et d'autres; le même dossard appartiendra plus tard au grand Larry Robinson.  L'année ou "Fern" Gauthier s'illustra avec le Canadien, le club avait remporté le trophée Prince-de-Galles en terminant au premier rang des six formations de l'époque.

fg.jpg (15732 bytes)

De 1945 à 1949, Fernand Gauthier joua durant quatre saisons sous les couleurs des Red Wings de Détroit; il participa à 146 rencontres, compta 14 buts et obtint 27 assistances.

Ailier droit qui lancait de la droite, il mesurait cinq pieds et onze pouces et pesait 175 livres.  Son dernier club amateur fut les Seniors de Shawinigan Falls.

Fils de Wellie Gauthier, entrepreneur, et de Zoella Tremblay, il est né à Métabetchouan le 31 août 1919.  Son grand-père Louis Gauthier habitait à Chicoutimi.

Le 19 juillet 1945, après sa première saison avec le Canadien, Fernand Gauthier épouse, à Métabetchouan, Francine Hudon, fille de Charles Hudon et de Lydia Tremblay.

Il est décédé à Chicoutimi le 4 octobre 1992 à l'âge de 73 ans et ses cendres reposent au cimetière de Métabetchouan.

Collaboration:  M. Charles-Émile Brassard de Métabetchouan.


"Fernand Gauthier:  de la fôret au tricolore.", (Progrès-Dimanche, 16 Octobre 1977)



Retour