Make your own free website on Tripod.com

Le fétichisme du numéro 14

De Johnny Gagnon à ...  Mario Tremblay

Par Richard  Banford

 

Chicoutimi - Lorsque Johnny Gagnon évoluait pour les Canadiens dans les années 40, il portait le numéro 14.  Plus d'une vingtaine d'années plur tard, lorsque son cousin Germain Gagnon s'amenait avec les Black Hawks de chicago, on lui remit le numéro 14.  Aujourd'hui, un autre fils du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mario Tremblay, évolue dans la Ligue nationale avec les Canadiens de Montréal et arbore le numéro 14.

Le fétichisme reconnu des professionnels du hockey a sans doute voulu que le passage de Johnny Gagnon dans la Ligue nationale de hockey demeure gravé longtemps dans la mémoire des amateurs.  Aujourd'hui âgé de 72 ans, Johnny Gagnon travaille toujours pour les Rangers de New York avec lesquels il a terminé sa carrière de hockeyeur.

Rencontré en fin de semaine dernière à  Chicoutimi, où se trouve encore sa parenté et plusieurs de ses amis, le New-Yorkais d'adoption, né sur la Côte de la réserve, à Chicoutimi, tout près de l'endroit où se trouve aujourd'hui l'amphithéâtre qui porte son nom, nous est apparu plein de santé.  "À part ma vue qui faiblit, je n'éprouve aucun problème de santé", note le légendaire "Chat noir".

Mais malgré ses cataractes, le diminutif ailier droit d'antan n'en continue pas moins de parcourir les villes canadiennes et américaines à la recherche d'hockeyeurs.  À titre honorifique, l'ancien coéquipier des Eddie Shore, Dick Irvine, Howie Morenz et Frank Boucher rencontre régulièrement les anciens du sport national, question d'entretenir les relations.

Au cours des ans, Johnny Gagnon a suivi de près l'évolution du hockey.   Lorsqu'on lui parle de la montée vertigineuse des salaires depuis quelques années, il en sourit:  "Lorsque nous avons remporté la coupe Stanley en 1939, les dirigeants du club nous avaient remis une plume et un crayon.  J'ai encore la plume, mais le crayon je l'avais remis à une petite fille qui venait de me demander un autographe", note le "Chat noir".

Demeurant dans le Rhode Island depuis la fin de sa carrière en 1940, le "Chat noir" en a presque perdu son francais.  C'est en 1931 que débutait sa carrière professionnelle, durant l'entre-deux guerres, en pleine crise.

En 1940, âgé de 35 ans, il mettait fin à une carrière tumultueuse où souventes fois les adversaires plus coriaces lui menaient la vie dure.  Il qualifie cette époque de sa vie de marquante et d'inoubliable.

Une courte carrière de 450 matches dans la Ligue nationale de hockey et un record à vie de 260 points sans compter les 32 matches en série éliminatoire.  Un tas de souvenirs encore frais à sa mémoire et une retraite paisible consacrée au hockey.

Si le hockey ne l'a pas comblé financièrement, Johnny Gagnon n'en a pas moins retiré beaucoup de satisfaction.  Sa plus grande, estime-t-il, découle de la construction d'un amphithéâtre de poche à Chicoutimi auquel on a rattaché son nom.

"Si je ne m'étais pas retenu, j'aurais sûrement pleuré de joie lors de l'inauguration officielle de cet "aréna".  Ca prouve que j'ai encore des bons amis à Chicoutimi et je regrette seulement de ne pas demeurer assez longtemps à Chicoutimi pour tous les visiter."

"J'ai ressenti un vif plaisir aussi au cours du dernier repêchage de  la LNH lorsque Robert Sullivan, des Saguenéens de Chicoutimi, fut repêché par les Rangers de New York.  Je serai sûrement sur place pour l'encourager.  On m'a dit beaucoup de bien de ce joueur et nos dépisteurs ne se trompent que rarement.  Pour eux, Sullivan est supérieur à Alain Côté et même s'il ne parvient pas à faire l'équipe dès cette année, je suis convaincu que les Rangers en feront un bon joueur de hockey", ajoute Johnny Gagnon.

Même s'il n'est pas natif de Chicoutimi, Robert Sullivan pourrait bien un jour porter le numéro 14 des Rangers.  Après tout, note encore le "Chat noir", il a été formé par les Saguenéens de Chicoutimi, les mêmes qui ont lancé, 50 ans plus tôt, le célèbre "Chat noir".

 

Progrès-Dimanche, 3 Juillet 1977.


Retour