Make your own free website on Tripod.com

"Journalier" du hockey

Malgré tout, Dupéré se trouve chanceux

Par Pierre Bourdon

 

Chicoutimi (PB) -  Au cours des vingt dernières années, le Jonquiérois Denis Dupéré n'a vécu que pour le hockey.  Se définissant lui-même comme "un journalier" du hockey, Dupéré, après avoir gravi à force de travail les échelons de notre sport national tant chez les amateurs que chez les pros, ne se sent nullement aigri, même si le hockey n'en a pas fait un millionnaire ou encore un "super-star".

L'athlète de 34 ans nous confiait, lors d'une récente rencontre à l'Auberge des Gouverneurs de Chicoutimi:  "Je me suis toujours considéré comme un journalier du hockey.  Je me trouve chanceux d'avoir gradué dans les rangs professionnels vers l'âge de vingt ans".

Ressassant dans sa tête une foule de souvenirs, Dupéré, un athlète sympathique et fin causeur avoue:  "Certains de mes copains étaient plus talentueux que moi et n'ont pu faire la ligue nationale.  Je n'ai jamais rêvé en couleurs et je pense que le hockey fut bon pour moi".

Sens du hockey

Malgré la carrière très respectable que Dupéré a connue, il constate qu'il manquait un peu "de patin", mais son sens du hockey et son goût constant d'apprendre ont largement compensé.

Même si aujourd'hui, après six ans de hockey amateur, une douzaine d'années chez les pros, et deux années comme joueur instructeur en Europe, Dupéré connait une période d'accalmie et de réflexion, il ne veut nullement renier les bons moments qu'il a vécus.

En plus d'évoluer pour plusieurs formations, Dupéré, père d'une fille de cinq ans (Rachelle), a prodigué de nombreux conseils à la jeunesse, travaillant tous les étés à un camp de hockey, en Ontario.

L'avenir

De retour au Saguenay depuis septembre dernier, Denis Dupéré aimerait bien, évidemment, retourner sur le marché du travail.  "Le journalier du hockey doit maintenant revenir sur terre", explique Denis Dupéré.  "Ce n'est évidemment pas facile, mais je garde confiance en l'avenir".

Encore jeune et dynamique, Dupéré pourrait certes faire sa marque à titre de représentant de compagnie et en outre, il ne détesterait pas continuer à oeuvrer dans le domaine du hockey, d'une facon quelconque.

Concernant sa carrière de hockeyeur, Dupéré n'hésite pas à dire:  "Si c'était à refaire, je ferais la même chose.  J'ai donné 100% de moi-même et je ne regrette rien".

 

Progrès-Dimanche, 14 Novembre 1982.


Une carrière qui l'a mené même au Japon

Par Pierre Bourdon

 

Chicoutimi (PB) -  S'il y a un athlète qui a vu du pays, franchi du millage et changé d'équipes au cours de sa carrière de hockeyeur, c'est bien le Jonquiérois Denis Dupéré.  Voici d'ailleurs un tableau de cette carrière, tant chez les amateurs que chez les pros.

D'abord, ce n'est que vers l'âge de 14 ans, que Denis joue pour une première fois sur une glace intérieure.  "A l'époque, on jouait dans la rue, il n'y avait que le Palais des Sports, avec glace intérieure".

A 16 et 17 ans, Dupéré se retrouve comme ailier gauche avec les Marquis de Jonquière, sous la tutelle de Claude Basque.  Il garde d'ailleurs un excellent souvenir de ses débuts amateurs.

Par la suite, en compagnie de camarades, Gratien Guay, de Dolbeau, et Aurélien Perron, de Jonquière, Denis Dupéré s'en va à Kitchener en Ontario.  Alors que ses copains abandonnent, Denis y demeure deux ans.  A l'époque, Kitchener était le club ferme des Rangers et une véritable pépinière du hockey.

Alors qu'il a 19 ans, Dupéré joint les rangs de l'équipe nationale du Canada à Ottawa et il effectue même une tournée en Suède.

Chez les pros

Âgé de 20 ans, Dupéré connait un excellent camp d'entraînement avec les Rangers et finalement, il signe un contrat pour évoluer à Omaha (Nebraska), dans la Ligue centrale.   Il obtient d'ailleurs le titre de recrue de l'année.  A l'époque, les Rangers comptaient sur des athlètes de la trempe des Robitaille, Luce, Egers, Plante, Trottier, Horton et autres.

En 1970-71, Denis Dupéré se rend au camp d'entraînement des Leafs de Toronto, et même s'il passe une demi-saison à Tulsa (Oklahoma), il vient terminer la saison avec les Leafs.  D'ailleurs, il passera trois ans et demie avec les Leafs.

Devenu spécialiste défensif et un expert pour tuer les punitions, en 1974-75, on retrouve Dupéré avec les Capitals de Washington.  Ce fut d'ailleurs sa seule saison de plus de vingt buts dans la LNH.  Après le match des Étoiles, il se retrouve à St-Louis, où il évolue un mois.

Blessure

En 1975-76, porte-couleurs de Kansas City, Dupéré se fracture une clavicule et demeure immobilisé pour quatre longs mois.  Cette saison se termina toutefois de belle facon, car ne se classant pas pour les séries de fin de saison, Kansas City et Washington étaient invités par Coca-Cola pour effectuer une tournée de quatre matchs au Japon.  "Au retour, on nous avait même payé dix jours à Hawai", commente Dupéré, qui garde un bon souvenir de ce voyage.

Après Kansas City, Dupéré déménage ses pénates à Denver, au Colorado, avant de se retrouver dans les mineures (ligue Américaine), avec Providence.  Il revient toutefois terminer la saison 1976-77 à Denver.

En 1977-78, employé à toutes les sauces, Denis Dupéré joue à Denver et après la période des Fêtes, il termine son contrat en évoluant à Hampton, en Virginie, plus un mois avec les Firebirds de Philadelphie.

En fin de compte, il finit sa saison avec Denver, évoluant durant 17 matchs avec Wilf   Paiement.  En 1978-79, après un camp d'entraînement à Denver, il décide d'accrocher ses patins, car on voulait le renvoyer dans les mineurs.

Finalement, durant deux saisons, soit 1980-81 et 1981-82, Denis Dupéré évolue à Lyon, en France, comme joueur-entraîneur.

Voilà une carrière bien remplie et fébrile en déménagement de toute sortes.

Son meilleur souvenir demeure les trois ans et demi avec Toronto, où il admet avoir été très bien traité.

 

Progrès-Dimanche, 14 Novembre 1982.


Retour